Nu

Nu, je me sens bien,

Obligé d’accepter ce que je ne vois pas

Sans chemin parcouru, sans effort sur le gras

Sans conquête à venir, sans filet ni matelas

Nu, je ne sens rien,

Ni compassion ni haine, ni fierté ni rejet,

De si loin je contemple la soirée costumée.

Pinces amères aux commissures, hiver comme été.

Niyam Draw

niyamdraw@gmx.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s