Deux fois plus libres que libre.

On voit souvent érigée, en valeur phare de l’adolescence, une liberté exacerbée– ou du moins une quête de celle-ci.

C’est précisément cette quête qu’entretiennent médias et vie professionnelle, écoles diverses et stratégie marketing.
En défrichant deux secondes la croûte de cette spontanéité folle, on s’aperçoit que les choses ne sont pas si simples, et que s’il faut être libre, encore faut-il savoir de quelle liberté l’on parle.

Il existe, au moins– et sous réserve d’aspects qui m’échappent, deux libertés : celle d’aller où je veux, et celle de pouvoir aller où je veux aller.

Dans la première configuration, c’est la non-amputation des potentiels qui prime. On privilégie l’entretien de la multiplicité des possibles. C’est la théorie qui parle, la jungle opulente des éventualités qui s’impose. C’est l’ignorance qui domine.

Dans la seconde, nous nous fondons sur les fruits de la sagesse, sur les résultats de la largeur d’observation. C’est l’expérience des errements qui prime. C’est la vraie vie qui parle, la connaissance de sa nature.

Laquelle choisir pour ne pas tourner en rond?

Reste la question de savoir qui veut aller là où il veut aller. Et qu’est ce que cela signifie-t-il vraiment d’aller quelque part ?

Franck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s