Luc 8:22

Il est intéressant de noter que Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive du lac. »

Familier du substrat bouddhiste, évidemment ces mots raisonnent tout particulièrement.
Comment ne pas les laisser se nouer autour de la « formule suprême  » qui vient clore le Sutra de la Grande Sagesse : Gate Gate, Pâragate, Pârasamgate Bodhi Svâhâ.

Dans de multiples références, « l’autre rive » symbolise l’éveil, le nirvana et la rivière à traverser est une image du samsara, précisément le niveau d’expérience de celui qui n’est pas passé de l’autre côté.
Ballotté en tout sens par les rafales de son univers psychique il tente au mieux de demeurer fonctionnel en restant à la surface.

Intéressant également, quelques lignes plus loin, alors que les disciples progressent sur le plan d’eau, Jésus nous dit-on,  « s’endormit » : Il s’efface en tant que manifestation adjuvante du fait même de l’avancée de ses disciples vers l’autre rive.
Mais ceux-ci, chahutés par les éléments, se mettent à douter et craignent soudain pour leur vie. Alors qu’ils font état de leur doute, Jésus se réveille.
On pourrait également envisager que, par cette phase de sommeil, Jésus passe en réalité d’un état de conscience à un autre et puisqu’à son endormissement correspond l’agitation de l’eau et du vent, et qu’avec son éveil ceux-ci retrouvent leur calme, il se peut très bien que, d’après ce glissement vers un état de sommeil, il en soit l’instigateur :

Il crée chez ses disciples l’expérience du doute. Ceci pourrait alors expliquer le fait que les bourrasques et les remous ne réveillent pas le Maître, contrairement aux appels à l’aide de ses compagnons : « submergés et en grand péril ».

Ainsi réveillé, il apaise l’océan et dit :
-Où donc est votre foi ?

Ce questionnement : où est-elle située ? Se laissa-t-elle éteindre par les moindres soubresauts de vos fonctionnements périphériques (les remous, le vent), ou êtes-vous en mesure de la placer dans les profondeurs non-affectées de votre être ?

L’agitation, Jésus la connaît suite au passage dans le désert et le Bouddha, en voyant Mara lui distiller divers tourments et tentations. Tous ces niveaux de conscience, même les plus inattendus, qu’il s’agisse d’un récit réel, d’un épisode métaphorique, d’une parabole de premier degré, ou tout cela à la fois, est sans importance.

A la faveur de cette lecture, il s’agirait alors d’une expérience d’éveil que Jésus tenterait de provoquer chez ses disciples en leur démontrant factuellement la prééminence d’un degré d’expérience sur un autre.

Franck Joseph


©FJ April 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s