«Le bouddhisme, ce n’est pas que méditer »

Ce titre : Voici ce que j’entends aujourd’hui, dans la bouche de l’un des zazeneux à portée d’oreilles… il n’est pas impossible, par ailleurs, que cela me soit destiné.


Rendons à César ce qui est à César, et aux siens : laissons leur les petits agencements du quotidien et les paquets de mauvais points à distribuer. Voilà des millénaires que cela les occupe, aussi, ils seraient fort dépourvus si la bise d’un vent nouveau s’en venait souffler sur les découpes cadastrales où ils aiment à entre-paître.


Justement, revenons à nos moutons :
Cette affirmation péremptoire laisserait penser que la méditation est une sous-catégorie de l’ensemble ‘bouddhisme’.
Ce n’est pas la méditation qui fait partie du bouddhisme mais le bouddhisme qui est une des expressions de la pratique méditative. Celle-ci fait le plus beau des apports au bouddhisme en lui offrant une sortie de son propre cadre. Ainsi, elle le prémunit contre lui-même.
La méditation est en quelque sorte l’antidote au bouddhisme.

Malheureusement, lorsque le bouddhisme tombe dans l’illusion de l’autosuffisance de ces architectures conceptuelles, il perçoit (par la lorgnette déformante propre aux identifications) la méditation comme sa fille et s’approprie une version appauvrie, débranchée, artificielle de la simple assise…

Il la colore des pierres qu’il a lui-même reçues. Il est des personnes comme cela qui, à force de s’entendre répéter les anecdotes d’autrui, finissent — pas fainéantise ou faiblesse intellectuelle plus que par esprit de récupération opportun — par se les approprier et réellement croire en être les instigateurs.
Il peut être intéressant de repérer ce mécanisme pour ce qu’il est (un travers) afin de ne pas finir par adapter notre vue de guetteur de nuit sur un élément anodin. Nous pourrions ainsi en toute bonne foi prendre les phares du camion lointain pour des astres célestes.

Le bouddhisme remet à la méditation une copie de plastique de la médaille d’or que la méditation lui avait auparavant remise.
Voilà l’erreur de perception. Elle apparaît au travers de l’affirmation suivante :
« Le bouddhisme, ce n’est pas que méditer »

Franck Joseph

©FJ  May 2019
Photo : ©FJ  May 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s