« Putes à Clics » et Flocons de Com

Les sphères de la communication et de l’évènementiel, ou pour utiliser les formulations des personnes pressées, la com et l’event, ont envahi notre monde.
Voilà un fait.

Posons-nous la question des causes et des effets, puisque leur retentissement amène aujourd’hui le stylo à connaître de nouveau sa moitié de papier.

L’évènement intrinsèque ne communique pas. Il est.
Il est un évènement.
Les réseaux sociaux, principalement par effet de grégarité et d’emballement puéril , finissent par créer des injonctions au suivi. Un auteur contemporain, F. Beigbeder, dans un interview récent dit avoir renoncé au monde médiatique, se refusant à devenir ce qu’il nommait avec mordant une “pute à clics”…

Ces nouveaux comportements, les appels libidineux au clic d’un coté et l’obligation collective à stimuler la bête de l’autre, mènent sans surprise à ces bulles de vent que sont les évènements artificiels.

En réalité, derrière chaque “pute à clic” qu’elle soit institutionnelle ou indépendante, se cache un appel d’air pour une rémunération, d’ordre financier ou affectif.
Le quotidien, les rapports humains, sont évènementialisés.

Com en amont : débrief et analyse des retombées au niveau de l’image de la marque (idem pour le personal branding)...
Chronologiquement, il s’agissait au commencement d’informations.
Aujourd’hui, il suffit de créer artificiellement l’intérêt pour ce qui, dans sa forme brute, en est généralement dépourvu.

Il faut gonfler en amont l’importance de l’action. La démarche consiste à chercher à annuler les conséquences en simulant par le biais d’artifices communicationnels, l’évènement que nous organisons : les scénarios, les atmosphères sont les plus souvent assez vulgaires et terriblement balisées.
La sphère dans laquelle nous opérons est celle du divertissement. Bien évidemment, cela ne pose par de problème tant que l’évènement en l’occurrence relève effectivement de cette sphère : spectacle, manifestations diverses…
Mais que penser, dès lors que ces procédés viennent encadrer le quotidien ?

Cela participe très largement à un développement plus large et terriblement efficace : celui de la gamification de nos existences ?

Ce que l’on fait ne suffit pas. Dans une optique d’escalade, de surenchère de la stimulation, il faut désormais le gamifier.
L’archétype contemporain de ce qui est souligné ici est l’escape game.


Ces flocons d’infantilisation qui saupoudrent grassement nos sociétés sont servis par les domaines connexes de l’évènementiel et de la communication.
Répétons-le :
L’évènement intrinsèque ne communique pas. Il est.

Sa propriété principale est la suivante : au moment de l’expérience, il s’ignore en tant qu’évènement.
L’évènement artificiel, créé de tout pièce existe, par contraste, avant d’exister en tant que tel. Après sa réalisation, il s’analyse mais sa teneur en tant qu’expérience réelle est moins dense que son corollaire authentique.

Une cause de cette évènementialisation de la société se trouve dans le besoin de retentissement de nos actions. Besoin naturel mais pathologiquement exacerbé par nos pratiques des réseaux numériques.

Bien sûr cette quête d’approbation est inhérente à la psyché humaine mais sa numérisation et ses stratégies d’optimisation à large échelle sont malsaines et destructrices au niveau individuel.

L’évènement réel n’a pas de com ou  d’event planning. Il se vit.
La vie ne se gamifie pas. Elle se joue.
L’escape game le plus pervers est celui auquel nous jouons et que nous remportons chaque fois que la logique event/com nous soustrait au monde réel.

L’évè
nement pur est non évènement
La communication parfaite n’a pas le temps des stratégies.

Articles en lien :
Mieux à faire (1/2)
Mieux à Faire (2/2)
Digital Natives : A la dérive sur le continent de plastique.
Faut-il encore poster ? Le moi spirituel
Ecran-Téton (Ritaline Digitale)

Franck Joseph


©FJ Sept 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

 

4 commentaires

    1. Ah! oui,..avec ce genre de post, c’est sûr, faut pas s’attendre à… Ton message m’a bien fait rire, je n’y avais pas pensé …
      Bonne journée !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s