La Femme Flamboie Bien Au-Delà

Je suis parfois soulagé
De ne pas être une femme
Je n’ai ainsi pas à subir la condescendance
De celles et ceux,
De toutes et tous
De chacune et chacun,
De l’écritur.e inclusif/v.e.s

Je n’ai pas à souffrir
De la lourdeur des regards
Qui pensent devoir rappeler
Ma présence au monde.

Ni à tenter de faire comprendre
Que ces redondances ridicules
Me nient plus qu’elles ne m’affirment
Que les papouilles lexicales,
Les gouzi-gouzi orthographiques
M’infantilisent plus qu’ils ne m’épanouissent.

Je n’ai pas à me perdre encore
Dans les explications au monde,
Sur les jeux d’ombre et de lumière
–la femme flamboie bien au-delà–


Sur les conflits artificiels
Qu’on règle sous les trompettes
Sur les harengs que d’une main
On jette au peuple, tandis que de l’autre
On pille les granges et les greniers.

Franck Joseph
©FJ Oct. 2020 All rights reserved.
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Soutien et Participation

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s