Cœur au Sol

J’ai le cœur si sensible.
Comment se fait il qu’il se maintienne encore après tout ce temps ?

Au moindre moteur approchant, aux craquements des marches,
aux premières oscillations des gorges qui veulent crier,
aux abords des luisances des yeux qui veulent pleurer,
le voilà ce cœur qui court en tout sens et cavale à tout-va.

Un jour, j’en suis sûr, il se décrochera,
d’un battement plus fort que les autres,
que nul ne comprendra.

Comme un tableau que l’on retrouve au sol
dans une pièce que l’on pensait inoccupée.
Comme un oisillon à qui l’on a pas vraiment appris à s’envoler
se retrouve au pied d’un arbre.

Qui saurait en tenant le corps froid entre ses paumes
s’il s’est écrasé dès l’aube ou si le soir venu, il est tombé d’épuisement
après avoir suivi les ailes amples et fluides
des oiseaux passant à portée de son nid ?

Franck Joseph

©FJ May 2020
All rights reserved.

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations ou Don
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.


Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s