Détourner l’Oreille

English Version


La musique aimante l’attention
Comme la lumière précipite les insectes sur son halo…par inconscience
Ils la pénètrent à en mourir
La conscience entière se meurt

Aspirée par le flux de l’audio.
Les stimuli visuels sont ici moins puissants, car ils pâtissent de la possibilité qu’a celui qui y est soumis de simplement détourner le regard.

On ne détourne pas l’oreille.
En cela, l’emprise du flux audio est supérieure
Ce qui nous aspire dans ces sphères d’expérience est de l’ordre de l’animalité,
Ce qui nous y retient est le divertissement émotionnel.

L’évocation que chaque émotion proposée nous déroule un paysage psycho-corporel,
à la fois fait de souvenirs mentaux et imprégnés d’un climat vasculaire particulier,
Nous revisitons l’émotion à l’aune des sables du passé, artificiellement créés pour l’occasion.

Il y a un parallèle qui peut être dressé avec les chaînes d’information en continu, dont l’objectif commercial est de nous faire rester le plus longtemps possible et qui, pour ce faire, pianotent avec lourdeur le long des gammes du sensationnel.

Dans l’expérience du flux audio, nous sommes à la fois programmateurs, monteurs et spectateurs, et visionnons encore et encore les scènes ainsi proposées<.
L’animalité du crochet qui nous saisit et nous traîne de la sorte perdson pouvoir inéluctable dès lors qu’elle traverse notre conscience.

nous pouvons nous y vois accrochés et descendre du câble qui nous promenait vers les paysages d’émotions tant chéris autrefois.

Le poète, trop souvent, se perd dans ceux-ci. Il en parcourt les subtilitésavec délectation et brio.
Il en devient un expert trop habile pour se mettre en quête d’un autre moyen d’être au monde.
Par ailleurs, c’est souvent ce poète d’esthétisme qui est loué par la société. Il est celui qu’elle présente comme le sensible, le torturé, le délicat, le créatif.
Il est l’alibi dont nos groupes ont grand besoin.

La porte de spiritualité est beaucoup plus transparente aux yeux du monde, il traverse les plaines et plateaux de l’émotion, puis les forets de l’irréel, visite les carnets du sous monde.
Il entend le silence des sons.


Franck Joseph
©FJ May 2021 – All Rights Reserved
Articles are available as books and e-books : RECUEILS
This content is made possible through your Participations
Many thanks to all.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s