Lécher Le Sable

Si le Zazen est aride
C’est parce qu’on se laisse piéger par les oasis d’opulence.

Idées fécondes, angoisses abstraites,
Ritournelles divertissantes, d’enfance ou de vieillesse ..

Elles nous entraînent avec un élan de séduction.

L’assise est le grand défouloir de la non-assise.
Zazen, sec
Attend que les vents nous laissent retomber.

Face contre sol
Dans le cratère, nu,
A lécher le sable.

Text ©FJ March 2021
: RECUEILS// Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s