Cuve Des Pensées

Combien d’années encore à trainer dans le jus rance des pensées ?
Opérer depuis le module intellectuel, c’est tremper dans la cuve des pensées.
Par capillarité, elles infusent notre corps et notre mental d’une odeur amère.
Elle nous tournent la tête et nous enivre de leurs senteurs néfastes.

De ces émanations, nous produisons davantage de pensées qui ruisselent le long de nos corps en tranches d’amertume, puis laminent les pupililes.

En circuit fermé, nous vivons à coté.
Par zazen, se hisser puis enjamber la cuve, découvrir l’air,
le souffle qui nourrit l’être autrement. Et de là, exister….

©FJ March 2022
RecueilsParticipations
Telegram (Publications et Pratique)
Many thanks to all

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s