Ancrage

La sensation d’étouffement ressentie à la lecture de certains textes – bibliques en l’occurence–, ne signe pas l’obscurantisme inhérent au texte, mais marque une lecture où l’ancrage dans la profondeur de la conscience a été perdu.
La bouée sur laquelle nous sommes assis en jugeant un texte comme « étriqué, oppressant », dérive d’eaux intérmédiaires en eaux superficielles ;
Les algues poisseuses des nappes stagnantes desquelles nous parlons n’existent pas dans l’oeil du lecteur à l’ancrage solide.


©FJ April 2022
RecueilsParticipations
Telegram (Publications et Pratique)
Many thanks to all

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s