Troubadour

Moi, quand je serai grand, je serai troubadour,
Fils de l’Air, Fils du Vent, je fuirai comme la peste

Le Lourd,
Qui empeste la croute et pourrit comme le temps. 

Aux détours de ma voix,
Aux semis de mes cordes,
J’irai parfaire les lois,
Loin des foules et des hordes,

Et pourtant suivi de dix mille âmes errantes

 

Franck Joseph


©FJ Jun 2015
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s