Shining

Les murs de la maison de la rue de Alliés sont si épais que rien, jamais, ne passe.

Livreurs et facteurs laissent leurs plis sur les marches de l’entrée. Ils n’approchent pas de la porte.

Peut-être les marches sont-elles trop nombreuses? Il est vrai que les 28 marches étroites sont dangereuses. Même un pied d’enfant ne pourrait s’y poser en entier. A moins que ce ne soient les sculptures du dessus qui  ne les effraient, tant celles-ci sont lugubres. Il ne s’agit pas de gargouilles à la bouche pleine de dents. Au contraire, les motifs sont bourgeois et précis. Une définition d’orfèvre les a longuement taillé dans ce bois noble.

Épais et noble.

Il en allait de même des fenêtres. Leur verre était si large que la lumière y était laborieusement filtrée, et  les dépôts verdâtres qui, au fil des années s’y était agglutinés la colorait d’une inquiétude primitive. Les contours rectangulaires et diffus se projetaient sur le sombre parquet de chêne. C’était pourtant la seule lumière qui fut.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s