Saccage

Combien de fois ai-je piétiné ton cœur?
Et sans scrupules ton regard abaissé?
Pouvoir au goût amer, je tête ta fontaine
Et sans cesse reviens à ta source subtile.

Combien de temps me reste-t-il, mon cœur,
Pour forcer de mes bras la balance affaissée,
Pouvoir sentir la terre, qui tous nous amène,
Incessante lanterne, par les vents fouettée?

Education Ordinaire.
Confier le briquet au pyromane
donner la clé au voleur
ou un enfant à celui tourmenté par ses propres tourbillons.
au delà du miroir sans fin des culpabilités, grandir.
à ce jeu là, qui est l’enfant ou le parent de l’autre?

NiDr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s