PROJECTION

La souffrance n’est pas dans l’événement mais dans ce que le moi injecte, projette dans cet événement. C’est donc le moi qui cause la souffrance et non l’événement qui est ce qu’il est. Rien d’autre. Tout ce qui nait en terme de sensations, d’impressions, de mécontentement, d’irritation, vient de l’égo.

Alors, lorsque l’égo s’est répandu dans cette couche intermédiaire entre ce que je suis et ce qu’est l’événement, la machine à conceptualiser se met en route et s’emballe, car c’est là sa nature. Le moi s’étend et se renforce, car il s’identifie à cette substance projetée. Ainsi, de manière perverse et totalement contre productive, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas la voir disparaître.

En dépit de la souffrance que lui cause cet exercice, le moi l’entretiendra, s’y attachera, la projettera de nouveau sur tout événement qu’il jugera plus ou moins similaire. La boucle folle [projection-renforcement] est en place. Ce mécanisme doit être sous tendu par une angoisse de disparition. Il appellerait alors, de par sa nature, à un apaisement.

Seule l’attention la plus véloce, la conscience la plus ouverte seront en mesure de déjouer ce processus, de dissoudre la couche intermédiaire créée.

NiDr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s