Ecoute

Dans les champs de l’enfance poussent les fleurs des possibles,
Elles surgissent lentement, de la terre, en abondance.

Mais leur fragilité est telle que la moindre bourrasque suffit à les coucher, puis à les ensevelir. Et l’acharnement du fermier à creuser ses droits sillons suffit pour ne récolter qu’une infime partie des fleurs plantées en comparaison des essences infinies, qu’en indigne ignorant, il piétine.
Il fait comme il a appris. Il fait de son mieux.

Recouvrons vite d’un plastique blanc les champs de l’enfance outrancière, où la vie déborde de tous les cotés. A l’extérieur des serres, nous ne seront pas mouillés, et plus vraiment concernés par nos propres mécanismes, que d’autres ont recouverts et que nous recouvrons aujourd’hui: n’est il pas vrai que lorsque nous crions sur nos enfants, si nous écoutons bien derrière ce cri, nous pouvons entendre le cri de celui que notre propre comportement d’enfant indisposait ?
(et ainsi de suite… qui a crié le premier? quelle était sa souffrance?)

Chez l’enfant, quelque chose crie vers nous et dit:
« Écoute. Rappelle-toi ».

Et nous crions en retour à l’impudeur, et nous recouvrons celui qui hurle d’une peinture opaque d’éducation.

Ce qui nous irrite, chez l’enfant, c’est ce qui appelle au loin, du fond de nous-mêmes, et que pour mieux étouffer, nous ignorons en criant plus fort sur les autres, en s’énervant davantage.
Nous masquons, de nos voix articulées, les poignets obstinés de l’enfant intérieur qui tambourinent à la porte de la vie, tant il étouffe, tant l’eau, contre toute attente, continue de monter, et tant il sait mieux personne, combien nous avons soif.

NiDr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s