Lambeaux Flamboyants

Cet homme jeune que j’étais
Voilà déjà dix ans
Était-il moi,
Ou était il un autre?

Cet homme jeune est mort
Chaque jour un peu plus

Et demain au matin,
Je tiendrai dans mes doigts
Les lambeaux insignifiants
Qui, ce soir, encore, m’habillent .

Vite, arrêtons-nous tous…
Par delà les tranchées, levons la tête

Et respirons ensemble

Car vous-mêmes ici
Alors que je vous parle
Je vous vois dépérir
Et renaître à nouveau.

Franck Joseph

©FJ March 2016

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s