Jésus n’aurait pas fait le buzz.

Loin du buzz, le calme
dans le calme, l’écoute
dans l’écoute….


Jésus avait douze apôtres, dont un traître, une brute un peu rugueuse et peu fiable, quelques bras cassés et, pour couronner le tout — si mes souvenirs sont exacts– , un responsable de la collecte des impôts pour le compte de l’occupant romain. Cet effectif fort peu mirobolant était de fait pétri de matière humaine.

Jésus, l’homme qui connaissait le Père dans l’intimité.
Jésus, dont les talents d’enseignant dépassaient tout ce que l’on peut imaginer,

Jésus, incisif, subversif, qui retournait les tables des marchands, qui n’avait rien à rendre à César,

Jésus, l’amour et la compassion pure. Jésus qui apaisait les soifs hurlantes des désirs ancestraux près du puits, ce Jésus…avait douze apôtres.

Qu’aurait-t-il pensé de ce monde où l’on juge de l’aura, des talents, de la pertinence de l’enseignement à l’aune du nombre de livres vendus, des Ted Talks, et du nombre de likes, d’amis sur Facebook ?

Les pouces en l’air… Un geste bon pour les romains dans un cirque, les empereurs, les prétendants au pouvoir.
Mais quand on vit du pouvoir absolu de celui qui ne prétend à rien de ce monde, quelle importance ont toutes ces gesticulations ?

Qu’aurait-t-il dit de ce monde de profils où l’on égrène une sagesse décontextualisée et parcellaire, se promenant de citation en adoubement les mains jointes ?

Qu’aurait-t-il pensé de cet univers où l’amplitude de la résonnance seule importe et où l’authenticité feinte suffit à la reconnaissance ?

Jésus avait douze apôtres.

Franck Joseph



©FJ oct 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

4 commentaires

  1. Oui c’est vrai et des disciples qui comprenaient pas tout à ce qu’il disait notamment au sujet du royaume à venir qui est… bref ce n’est pas au nombre de moutons qu’on juge le berger surtout s’il est souverain de sa propre pensée et se fout des bêlements des moutons. La récupération des morts à qui on fait tout dire à elle par contre toujours un bel avenir de van gogh accroché dans la cuisine. Bonne journée Franck

    Aimé par 1 personne

    1. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’un cheptel fourni (et souvent bien tondu) est un indicateur fiable qu’il faut fuir le berger…sans garantir pour autant que deux ou trois moutons ahuris suffisent à repérer le berger authentique.

      I’m a poor lonesome cowboy

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s