L’art d’y aller quand même

Walter se tenait devant l’établissement. Voilà presque 15 ans qu’il y entrait chaque matin et ce lundi de novembre, en jaugeant la bâtisse des pieds à la tête, il sut qu’il n’y entrerait plus jamais de la même façon.
Peut-être même bien qu’il n’y entrerait plus du tout.

Le poids des milliers d’expériences douloureuses s’était, en ce matin d’automne, concentré sur les talons de ses pieds. Il ne pouvait plus avancer et porter.

Frustrations en regards de ses perspectives personnelles
S’était-il, ne serait-ce qu’un instant, pensé parmi les masses crétines et ricanantes ?
Comment des domaines aussi éloignés de ses aspirations pouvaient aujourd’hui l’encercler d’un tentacule si oppressant ?

Incompréhension face aux injustices criantes, régulièrement constatées et totalement normalisées aux yeux des acteurs de ce monde inversé.
L’idiot règne.

Inversé, vraiment ?
Est-il si choquant, après tout, que l’arriviste arrive et que le clientéliste empoche ?
Faut-il s’insurger à ce point quand le flatteur flatte et fluidifie les fausses affinités ?
Nulle surprise, finalement. Les causes et les effets.
Lui non plus, n’était sûrement pas là sans raison.

Au pied du bâtiment, les reflets froids des néons bleus du matin lui fouettaient le visage.
Avec un délice urbain assumé, il lui semblait que dans un même souffle, l’architecture bétonnée lui hurlât en retour :

-« Mais que croyais-tu donc !?, Que des ventres avides où s’engouffrent à jamais les vertus sortirait la finesse et la compréhension ? »

La question ne trouva pas de réponse claire. Il sembla qu’elle ne pouvait se résoudre dans la dialectique des mots intérieurs.

Pourtant son pied se leva et laissa les lourdeurs sédimentées sur le trottoir.
Quelque chose se produisit, au delà du langage.

Il était parvenu au delà du point où la nécessité financière eût put suffire à le mouvoir au travers des portes automatiques.
Délesté du poids des identifications, des schémas comportementaux, de l’attachement aux résultats, il entra avec autant de facilité que s’il lui avait fallu en sortir.

Franck Joseph

©FJ sept 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s