Être Enfin le Pasteur…

Note préalable : ces considérations visent les dynamiques qui traversent l’institution malheureuse.

Il ne s’agit à aucun moment de porter le moindre jugement sur la sincérité de ceux qui se consacrent…


Ce qui manque cruellement à l’église catholique et rend l’expérience de la réunion dominicale si pénible, est imputable prioritairement à l’ignorance.
Je ne parle pas d’un différentiel de maîtrise conceptuelle qu’il faudrait œuvrer à combler, mais de l’ignorance des couleurs sur la voie de l’authenticité.
Cela génère chez l’auditeur en visite, que je suis aujourd’hui, un inconfort intérieur.
Il est provoqué par des phénomènes de deux types :

– Le manque de simplicité pastorale
L’application mécanique des gestuelles et paroles mille fois répétées constitue une autoroute bien balisée. Entre les glissières de sécurité que les siècles et la tradition ont dessinées, le pasteur professionnel circule avec le confort du régulateur de vitesse.
Il déroule au kilomètre les séquences du code ADN d’une spiritualité ronronnante, à forte dominance politico-sociale.
L’occasion d’une rencontre frontale avec le divin peut ici tout changer.
Néanmoins, les sillons ainsi creusés par les roues des motoculteurs ont fortement dénaturé le paysage des campagnes ancestrales et rendent la probabilité d’une balade à pied dans les sentiers non-battus assez faible.
Les voies du Seigneur, comme le dit le prêtre, sont pourtant bien impénétrables.
Nul présage, donc.

Une obsession du maintien d’une distance entre les fidèles et toute perspective de pratique immédiate, d’expérience directe.
Ici, nous tournons dans la sauce de l’auto justification, le réflexe de préserver son statut dans l’optique de pouvoir par la suite préserver son statut.
Le détenteur du statut en question agit ici en prévention d’ un éventuel chavirement personnel. Son univers psychique est construit autour de cette position, il est tissé de mémoires familiales, d’années d’études, de sacrifices souvent, qu’il convient, chaque jour de justifier.
Il faut que chaque jour soit une justification pour ne pas sombrer. Cette auto préservation est si inconsciente que les processus par lesquels elle se manifeste au quotidien sont souvent invisibles au sujet.
Le pasteur peut, au détour d’une expérience personnelle cesser de prendre appui sur l’institution, et se nourrir psychiquement, spirituellement, au sein des saints.
La libération ainsi jaillissante lui ouvrira les portes d’une communication naturelle et joyeuse.

Spontanément, il sera enfin le pasteur.

Le propre de l’ignorance est la volonté de s’y blottir à plusieurs.
L’obscurité renforce l’instinct grégaire.


Privilégions cet argument d’ignorance plutôt que celui du maintien volontaire d’un système politique à la faveur de certains.

Franck Joseph


©FJ sept 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s