La Pentatonique du Réel (1/2)

En musique, on parle de modes, primaires (majeur, mineur) et secondaires (Ionien, Dorien, Phrygien…).
Les notes qui composent et traversent ces différents modes sont les mêmes. Pourtant, lorsqu’elles sont appréhendées par ces prismes modaux, les couleurs sonores qu’elles diffusent dans l’atmosphère peignent ainsi pour chacun d’eux des univers très différents.

De la même manière, à l’assise, ces modalités apparaissent. Le silence qui entoure les sons du monde est toujours le même. Cependant, la découpe et l’agencement qu’il permet à ses sons dessine un monde toujours neuf.
Cette analogie ne se limite pas aux stimuli sonores, ni aux stimuli sensoriels au sens commun. Elle s’étend à la manière dont nos sens intérieurs appréhendent le réel.

Cinq niveaux de présence se donnent à voir, successivement ou simultanément.
Ils se pianotent comme la vie. Avec dextérité, parfois ou d’un doigté fatigué, souvent.
Ce qui importe vraiment est de sentir le silence ultime, qui sous-tend et permet la musique.

La musique ultime joue depuis le silence
Le silence ultime se joue de la musique,

Franck Joseph

Suite : La Pentatonique du Réel (2/2)


©FJ Déc 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s