Les Clandestins de l’Assise

Que fais-tu là, sur ton coussin ?
Il y a mille mauvaises raisons de t’y asseoir.
Chacune est mère de frustration.

Deux d’entre elles,  pourtant, me semblent particulièrement présentes.
Elles relèvent l’une et l’autre de l’esprit scientifique.

Tu penses pouvoir reproduire un début d’expérience qui s’est ouvert à toi dans un passé plus ou moins proche.
De manière fortuite, tu as connu une forme embryonnaire d’alignement.
Au bon endroit, au bon moment…
Tu penses qu’en te tenant comme tu te tenais alors, il te sera possible de convoquer à nouveau cette joie, cette paix que tu as connue.
C’est une pièce d’or que tu as rencontrée en marchant librement.
Il te suffit aujourd’hui de sortir dans la rue pour t’apercevoir que la pièce d’or que tu y a trouvée la semaine dernière n’est pas réapparue sur le sol.
La rue est toujours la rue, mais les changements, nombreux, les phénomènes et leurs  corrélations font une nouvelle rue chaque fois que tu y sors…
En t’asseyant sur le passé, tu tombes à côté du coussin.

Tu n’as toujours pas été traversé par aucune expérience et crois qu’en t’asseyant dans le contexte adéquat, en faisant tout ce qu’il faut comme il faut, tu profiteras ainsi d’une certaine osmose. Tu attends simplement que se produise ce qui est censé se produire. Le contexte, bien agencé, doit être en mesure de générer l’expérience attendue, fantasmée.
Au plus tu patientes assis en terrasse, au plus il devient probable qu’un serveur vienne te demander ce que tu veux boire.
Plutôt qu’un méditant, tu es alors un croyant dans la religion statistique.
Tu es persuadé que chaque minute passée sur le coussin t’approche un peu plus d’une forme de réalisation.
C’est sur le futur que tu poses les fesses, et tombes, une fois encore, à la renverse.

Ne bricole pas le passé. La photo de l’être chéri que tu serres contre ton cœur, ne produira jamais le timbre de sa voix, ni l’éclat de ses yeux. Les artifices méthodiques sont inaptes à te conduire au-delà.
Ne mise pas sur le futur. Il n’y a aucune matière à forger, et personne pour vouloir être forgeron.

Au Royaume de Paix, les produits des terres statistiques ne sauraient pénétrer.
Il te faut être sans papiers, pour pouvoir y entrer.
Bienheureux les clandestins de l’assise.

7iknWcS

Franck Joseph

©FJ Jan 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s