Terre Promise (Promised Land)

english version below

La terre promise est en nous
En permanence, le territoire attend d’être habité. Il est en chacun de nous et nous le partageons tous.
En marchant par inadvertance sur un tas de feuille, nous tombons dans le trou qu’elles recouvraient. C’est ainsi que l’on pénètre en terre promise.
Il ne s’agit pas tant d’une promesse au sens où nous l’entendons.
Par ‘terre promise’, nous pensons souvent que c’est la terre qui nous est destinée.
C’est d’ailleurs l’interprétation que nous prêtons aux Hébreux alors qu’ils marchent vers la terre qui leur est promise.
C’est ici le sens d’un dû (« je te promets que tu auras ceci »), ce qui ne correspond pas au sens profond.

La promesse dans  terre promise  est une promesse de présence.
Cette terre sera présente, elle ne te fera pas défaut.
Immanquablement, elle est le territoire au-delà de tous les territoires.

La promesse renvoie à la fiabilité des outils, à la véracité davantage qu’à une garantie d’obtention.
Elle est la coupe qui promet que son eau saura nous désaltérer si nous la portons à nos lèvres et non quelque promesse de boisson rafraîchissante en fin de marathon.

Elle est la promesse de Jésus au bord du puits quant à l’eau qui a le pouvoir d’apaiser toutes les soifs.
L’entrée en terre de promesses n’a pas grand-chose à voir avec l’effort déployé ou la distance parcourue. La porte de la terre promise est abandon qui s’ignore.
Elle nous promet le confort du miel et la sécurité du lait si nous savons nous retrouver derrière le rideau d’inconfort et d’insécurité (du moins c’est ainsi que l’on nomme ces deux freins au passage de ce côté-ci de la frontière).

Franck Joseph

©FJ June 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS


english version : The Promised Land

The Promised Land is in us.
Continuously, this inner territory awaits its inhabitants. It stands inside each one of us, and we all share its soil.

By walking by chance on a small pile of forsaken leaves, we fall down the hole they covered : this is how you enter the Promised Land.

But this is not a promise the way we usually understand it. We often believe this land is kept for us, preventing anyone else to live there.

This is the interpretation we often too quickly attribute to Hebrews as they walk towards the land which has been promised to them.
Believing it works as a due is missing a deeper comprehension.

The promise in Promised Land is a promise of presence.
This Land will be present, It will never fail you.
Unfallingly, it is the territory beyond all territories.

The promise refers to the reliability of the tools, to the highest degree of truth, much more than it indicates a guarantee of acquisition.

It is the bowl promising the water it contains will quench your thirst if you bring its rim close enough to your lips. This has nothing to do with a refreshing soda if you end the marathon first.

It is the promise of Jesus by the well…
Entering this land of promises is not necessarily linked to the distance you have run or the efforts you have made.
The door to the Promised Land is letting go, unaware of its achievement.

It promises the comfort of honey and the security of milk if we can see through the curtain or discomfort and insecurity (at least, this is how we call them on this side of the border).

Franck Joseph

©FJ August 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s