Attention au Livre sous l’Oreiller

Contre le délitement psychique d’une nuit éveillée, la lecture est un facteur de recentrage.
Le point d’entrée dans la fournaise bouillonnante est alors déterminant
car, bien qu’il puisse s’agir d’une situation d’urgence, la grande vulnérabilité garantit une perméabilité accrue de notre esprit en proie à l’entropie.
Au propos que l’on y dépose, il faut alors être particulièrement vigilant.
Et puisque ces heures noires sont peu propices aux choix en conscience, il faut prêter gare aux livres qui reposent le jour près de nos oreillers, car, en ces heures nocturnes où nous les réveillons, il est déjà bien trop tard.

Il ne s’agit pas de lire n’importe quoi.
Leurre consenti, ce léger mouvement des yeux à travers les linéaires de papier permet aux agents stabilisateurs de l’esprit une sédimentation rapide. Les mots viennent combler les béances laissées par les bulles dilatées.

C’est dans ces conditions que le travail s’intensifie.

Quand le texte magique agrippe les rugosités climatiques des surfaces de notre âme et stabilise nos amas tempétueux.
Auparavant poisseuse, la voici de nouveau poreuse aux mots d’un autre.

Asséchée, pourtant, toutes les pluies ne se valent pas.
Assoiffée, la terre saura chérir les perles de sagesse
Et les conduire de crevasse en abîme,
Jusqu’à l’antre de repos.


Article en lien : Like a Mantra in the Night

Franck Joseph

©FJ  June 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s