Du sable de Bali dans un pot à confiture

L’activité première des traditions perdues, dévoyées ou fantasmées consiste à entretenir le pittoresque comme un péruvien sur un marché d’été joue de la flûte de pan entre les saucisses et les olives.

Devant le public, les badauds amateurs de sonorités exotiques, les maîtres du marché défilent en habits traditionnels pour offrir à ceux qui les entretiennent quelques poussières d’évasion, du sable de Bali dans un pot à confiture.
Il arrive même que certains finissent par y croire.

©FJ Sept 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s