Au Nouveau Maître

Lorsque les pratiques méditatives individuelles s’agrègent et cimentent ce qu’il convient de commencer à dénommer “une communauté”, le recours à la tradition ancestrale, originelle est de toute première utilité : il n’hésite à souligner l’importance de la non formalité.

Non pas par snobisme ni pour satisfaire une quelconque coquetterie, mais parce qu’il s’agit là de la plus puissante manière de se prémunir contre les dérives égotiques, principalement celles qui guettent la personne autour de qui les éléments épars commencent à graviter, il est fondamental que celui qui se surprend à jouer au maître puisse en rire.

Il doit méditer parmi les méditants et, tant que possible, rester éloigné de tout cadre formel d’enseignement : préférer l’à-propos, l’anodin, l’anecdotique.

Il s’agit peut-être ici de la raison pour laquelle les rituels, en ce qu’ils organisent autour de…, représentent une cristallisation soulignant potentiellement une prétendue intermédiation entre l’homme qui “perform” et une autre dimension.

Briser les rigidités qui s’érigent autour de ces cadres rituels formels (récitations, encens, cloches…) et insidieux (place dans le dojo, vêtements de rigueur, …) est la première des hygiènes que cette personne doit avoir afin d’éviter tout foyer égotique intérieur.. condamnant à la fois lui-même et la communauté.

Franck Joseph

©FJ Oct 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s