Cause Perdue

La problématique du vieillissement n’a pas lieu d’être, puisque l’alternative à cette problématique — le non vieillissement —  n’est que fiction.
Ce n’est d’ailleurs pas tant la décélération inéluctable qui poserait problème mais bien l’arrêt de celui-ci. La seule question qui devrait nous pénétrer est la suivante :

“Vais-je m’infliger le pathétique de la lutte ?”

Le terme de ’cause perdue’ relève généralement de l’appréciation statistique. N’est définie comme perdue que la cause que l’on ne peut sauver.
Ainsi, même confronté à la plus ridicule des probabilités, l’opposition à la cause perdue peut être qualifiée d’acte de bravoure.
Dans le contexte qui est le nôtre — et quel autre contexte que la mort approchante? — il n’y a aucun courage : aucune marque de caractère ne réside dans les efforts littéralement désespérés pour contrecarrer l’issue mortelle –l’archétype de la cause perdue. Ces démarches relèvent de l’illusion, de l’ignorance, de la bêtise, aussi, de la limitation psychologique.

La véritable force consiste à voir cette faiblesse grandissante.
A l’image d’un nuage d’orage qui, à mesure qu’il s’évide de son eau, se fait de plus en plus vaporeux, frêle, inexistant, vers où s’évente-t-on ?
Et quel était celui qui, il y a quelques minutes encore, dense et sombre crachait ses foudres contre le monde ?
S’il se convoquait à l’approche de cette vaporisation évanescente, il ne serait qu’imposture et occulterait la sérénité du vide grandissant.
Telle est pourtant de la posture de celui que la sagesse du vieillissement n’a pas pénétré.

Vieillir est un art auquel on ne s’exerce pas.
Les teintes d’angoisses qui accompagnent la mutation
doivent s’effilocher à mesure que s’ouvre le champ de paix

Toutes les projections, les anticipations sont erronées

puisque celui qui craint, qui lutte et refuse,
n’est pas celui qui vaincra l’écartement gazeux
quand il se présentera.

Franck Joseph

©FJ Nov 2019

All rights reserved.

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

2 commentaires

  1. La seule question qu’il me reste, c’est de savoir si c’est réellement une cause, fût-elle perdue, ou juste un non sens? Dans tous les cas, ta réflexion est toujours pénétrante, pour celui qui le veut. Beau printemps.

    J'aime

  2. Merci pour cette nouvelle source de réflexion… qui tombe extrêmement à propos pour mon égo, égocentrisme, égoïsme (ponctuel car parfois je pense aux autres sans penser à leur vieillesse, et souvent elle me parait belle chez eux) – attendre que s’effilochent les strates d’angoisse ou de colère ou de refus ou de regret est concrètement très difficile par moment, j’imagine qu’il faut dans le même temps semer et écouter grandir toutes les petites graines qui poussent dans le chemin (de) vers la paix ?!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s