Au Moineau du Soir

Aujourd’hui, il t’est si facile —
du moins, c’est l’impression que j’ai —
D’aimer, et de m’aimer.

Tu prends ma main puis la caresses
Et sous mon aile tu cherches
A reposer ta tête.

Mais c’est toi qui m’apprends,
Non pas à retrouver la capacité,
Mais à oser rêver d
‘un jour la trouver :
Celle d’étendre un amour

Qu’une tête y repose sans qu’un pied ne le foule.

Et ton bec abîmé, par mes coups de bâton
Et ton aile meurtrie, par mes murs trop proches
Se posent et s’allongent aux abords de la nuit
Et m’appellent à oser l’étendue
Non averti

Franck Joseph

©FJ March 2020 All rights reserved.

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations ou Don Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s