Mourir comme une Blague

Cet étrange garçon avait cette phrase :

Il souhaitait que, lors de sa mort, la tonalité soit de l’ordre de celle qui succède à ce genre de blagues où l’auditoire s’interroge à savoir s’il s’agissait bien d’une blague ou si tout cela était sérieux.
Il voulait mourir comme un doute qui plane.
Que quelques — même pas, une seule suffit — personnes dans l’assemblée affichent de ces sourires que l’on ne voit pas.
Sourires de ceux qui savent…

Éventuellement que l’on s’incline de ces inclinaisons imperceptibles dont on se demande si la personne s’est inclinée ou pas.
Et ce sourire que l’on ne voit pas.

Que l’on brûle de l’encens aussi. De ces encens que lorsqu’il s’épandent dans la pièce, on ne puisse certifier si de l’encens à bien été brûlé ou si la senteur relève de l’odeur propre de la pièce…de celle que confèrent les ambiances que l’on aimait.

Franck‌ ‌Joseph‌ ‌ – ©FJ‌ July 2020
Pour rejoindre notre pratique de l’assise silencieuse, suivez ce lien
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s