Après le Gaz

Il y a peu de plaisirs aussi subtils (et finalement peu de jouissances aussi intenses) que celui qui consiste à laisser le karma brûler comme un tuyau de gaz ouvert, comme le brûleur d’une cuisinière allumée.
Laisser le gaz brûler.
C’est l’intervention de conscience qui rend cette expérience aussi unique: celle de voir le gaz brûler.

Et déjà pressentir la question suivante : lorsque le gaz a brûlé, lorsque tout le karma, tout le gaz de tous les réservoirs, de tous les conduits aura brûlé, que reste-t-il ?

Il n’y a plus de gaz pour se répandre. Il a été consumé directement, plus de gaz en attente de se répandre, plus de flamme sur la gazinière et la conscience, qu’adviendra-t-elle ?

Franck‌ ‌Joseph‌ ‌ – ©FJ‌ ‌July 2020

Pour rejoindre notre pratique de l’assise silencieuse, suivez ce lien
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s