« Complotiste ! » (Les Soldats Marmonnent…)

Texte écrit ce matin….rapidement, sans choisir,
comme on ne choisit pas d’être écoeuré, une fois encore, par les récupérations opportunistes que font les médias de ce terme,
par la grossièreté des mécanismes,
par l’étouffement du bon sens…

Mais où est passé le discernement…? Qui a construit ces esprits froids, vides, tout juste bons à faire claquer les langues à l’unisson ?


Quelle horrible accusation que celle de « complotiste ».

Ce terme, tristement ressucité, a aspiré l’ensemble des pensées alternatives, des perspectives enrichissantes et créatives sous une seule bannière nauséabonde.

A son passage, elle enfume les esprits, zombifie les coeurs.
Le regard vide, l’oeil injecté des visions du cortège funeste.

Tellement facile à brandir devant celui qui ne s’inscrit pas dans la narration officielle.
Cette facilité est proprement désarmante.
Combien sont-ils aujourd’hui à tenir la bannière ?

De quelques bras musclés, de quelques voix claironnantes,
Aujourd’hui, des centaines de milliers défilent au son de l’anathème.


La tendance est désormais à l’erradication de toute pensée dissidente.
Il est urgent de rappeler que sans dissidence, il n’y a plus de pensée.

J’entends claquer les langues, quand elles récitent à l’unisson les éléments de langage,
Ce son des bottes lexicales emplit d’effroi : la marche.

‘En marche’, d’abord,
Au pas, maintenant.

Des éditos aux tourbillons des plateaux télévisés.
Des discours de la caste dirigeante aux textes parlementaires.

La peinture des couleurs qui recouvrent les cases du plateau de jeu politique
commence à s’écailler et donne à voir l’unique tonalité.


Ceux qui — dans un élan de vie — étaient parvenus jusqu’aux marges,
voient désormais s’étendre la teinte sous jacente jusque dans leurs prairies de verdure
Séparatisme et territoires perdus, nous dit-on.
Se sentir séparé, se perdre dans les territoires : l’âme d’aventure, de poésie,
Piétinnée,
Ratatinée par la talonette compulsive d’un caprice maniaque.
Utiliser l’exemple pathologique, pour imposer le traitement aux non-patients,
Interdire de sourire au pretexte qu’un sourire peut être malveillant.



Depuis la Tour de contrôle médiatique,
Les viseurs ont pivoté dans leur direction
Les Fous dominent et s’agitent
Le long des diagonales imprévisibles
Les Cavaliers enjambent les obstacles institutionnels
Comme autant de prédateurs trop longtemps tenus en cage.

L’Oeil du Roi retranché, scrute au lointain
Et se repaît des couleurs assombries
Certains même reprennent sans s’étonner
Le vieux chant de guerre que les soldats inconconscients
Marmonnent depuis toujours.

Ce même bourdonnement de mort qui les avait envoyés respirer plus loin
Avec tant de joie, auparavant.



Franck Joseph
©FJ April 2021 – All Rights Reserved
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s