Voyages en Culpabilité

La culpabilité peut aussi être un détournement de la pratique de conscience et prendre la forme d’une de ces chevauchées de sensation.

La culpabilité est un tour “gratuit” sur le grand manège de l’illusion, qui refuse de se reconnaître en tant que tel.
En condamnant la chevauchée, l’auto culpabilisation crée l’opportunité d’une chevauchée parallèle et suit les oscillations inhérentes à son identité de culpabilité : “mea culpa, qu’ais-je fait… mais pourquoi ai-je … ? et maintenant, que suis-je ?, et si je n’avais pas…”

Il s’agit de la même logique que celle consistant à injurier l’autre sur le thème de la détestation des injures.

Saisir l’opportunité de…
Tout en prétendant ne pas…

C’est une forme de malhonnêteté au cœur de l’honnêteté affichée.
C’est la fille proclamant détester les boites de nuit et les rencontres que l’on y fait qui accompagne une amie en boite de nuit pour ne pas qu’elle se laisse aller aux mauvaises rencontres.

La culpabilité peut aussi parfois être l’arme du pratiquant ingénieux, qui se pare de vertu pour conserver ses vices.

Franck Joseph

Text ©FJ Jan 2021All rights reserved.
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Ce contenu est rendu possible à travers vosParticipations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s