Gare aux Croûtes!

Comme elle est épaisse la croûte culturelle, et combien de temps avons-nous passé à l’agglomérer à même notre peau!

Nous l’appelions alors « vernis » et nous badigeonnions, jour après jour, d’une couche visqueuse. Quand elle fût bien solidifiée, que les heures de poses et d’apprentissages ont bien sédimenté, jusqu’à pénétrer notre épiderme et se fondre en nos cellules, nous commencions alors fièrement à l’arborer :

« Regardez moi, comme je suis civilisé, comme je suis moi, futile émanation de vos autres moi, eux-mêmes futiles émanations du moi de vos pères, eux-mêmes…. ».

Nous comprîmes soudain, avec l’étonnement honteux et balourd, que tout cela n’est rien. Ni moi, ni vous, ni eux. Juste une méprise passée d’âge en âge, de bouches à oreilles, de livres à cerveaux, puis de télévisions à « espace disponibles ».

Comment cet amas peut-il être à la fois rien, futile, inutile, vain et Tout? Tout ce qui nous constitue et du vent.

Du vent fatiguant qui à grand coups de bourrasques a fait chanceler nos vies tant de fois. Ou une épuisante brise qui légèrement nous murmurait: « Cela est bien. Accumule encore des connaissances, adopte des comportements, remplis tes réservoirs d’attitudes que tu dégaineras dans tel ou tel contexte. » Ces vents-ci ont soufflés un sable qui finalement a bétonné tout notre être. Bien protégés sous cette chape, il devient impossible de savoir si notre cœur est encore en fusion.

Et, armés d’un marteau-piqueur, il nous faut sans arrêt débusquer la matière, l’attaquer, la corroder, la dissoudre, et prévenir sa formation réflexe dès les premiers signes de cristallisation confortable.

Du vent léger, enfin et heureusement : un souffle, un courant d’air, un simple dévoiement par habitude, que l’on corrige par une fenêtre fermée et un retour à soi puis au Soi. Alors les feuilles cessent de voler, les rhumes se soignent, les torticolis se délient. On décide de qui sort et de qui rentre dans la pièce. Car si ce Tout est Rien, ce n’est pas si grave.

J’imagine enfin qu’il doit être possible d’étendre la vigilance à l’échelle d’une maison. D’un pays, peut-être plus.

NiDr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s