Tao

-Cela se passe lorsque je mets la main délicatement autour de la bougie pour la ranger.
-Lorsque. je.mets.la main.delicatement autour.de la bougie.
-main-delicatement-bougie

Passedelicat

C’est la possibilité du choix en faveur du non-mouvement qui fait notre grandeur. L’autorisation que nous nous donnons de ne pas faire.

Le mouvement organise l’absence à soi. Nos mouvements sont agitation, trouble et la présence est au fond, qui attend.

L’opportunité d’opter pour le non-agir n’est pas à la portée de l’animal qui, lorsqu’il n’agit pas, ne sait pas vraiment pourquoi. C’est l’instinct, c’est comme ça.

Le végétal n’agit pas. L’embryon de mouvement qu’il amorce ici et là est l’expression de bien plus grand que lui. D’ailleurs, ‘lui’, n’a aucun sens pour un végétal. C’est la nature  qui pulse en dessous, et dont l’expression n’est pas obstruée par un arbuste en proie à une poussée revendicative.
Et ‘la nature’, cela a-t-il un sens?

Pour ce qui nous concerne, plutôt que de choisir le non-agir, nous sommes incapables de ne pas choisir l’agir.

Que cherche t-on par nos agitations ? Il est vertigineux de constater tout ce que l’on ne fait pas, quand on fait. Et il faut le vivre pour le croire tout ce à côté de quoi l’on passe, lorsque l’on passe d’une action à une autre, que l’on se projette dans ce qu’il reste à faire.

La richesse des profondeurs de l’instant-océan échappe totalement à celui qui s’échine à traverser toujours plus vite d’un continent-action à un autre.

La seule manière d’habiter le temps est de ne pas l’habiter. C’est pour cela qu’il est nécessaire de constater l’inutilité des stratégies d’investissement consistant à placarder ce que nous pensons être meilleur pour nous sur les choses et les événements qui se présentent à nous.

La question n’est pas de se demander s’il y a quelqu’un en nous qui sait mieux comment nous devrions procéder, mais de rire de celui qui pense savoir et qui établit des plans en fonction de sa vision.

Cela vaut pour les choses de première importance comme les plans de carrière, ou les décisions d’une vie (du moins que l’on pense être les décisions d’une vie). Mais cela vaut également pour les événements quotidiens, les séquences sans conséquences (ou du moins, celles que l’on pense être sans conséquences): déplacer un objet, mettre la table, passer le balai, changer la litière du chat, acheter des céréales.

Si je fais en pensant devoir faire (soit parce que ma vie est censée en dépendre, soit parce que c’est ce qui se fait), je ne suis pas dans le faire vraiment mais dans la planification de devoir, l’application d’un schéma intérieur sur une réalité bien trop complexe pour que je puisse avoir le début du commencement d’une prise sur elle.

En utilisant une autre approche de formulation: je ne peux avoir prise sans lâcher prise.

Ce schéma est le fruit de mon éducation, de mes intentions pour moi-même ou pour les autres et de tout ce qui constitue ma nourriture intellectuelle, sentimentale, émotionnelle ou culturelle.

Alors que si je fais sans penser devoir faire, l’action s’exprime vraiment, sans être obstruée par ma poussée planificatrice.

 À aucun moment elle n’est parasitée par mes projections: c’est pour cela que le non-faire permet le faire.

Parce que cela se passe…

Nous pouvons croire le toucher sans jamais mettre le doigt dessus.  Nous pouvons aussi mettre le doigt dessus et ne jamais savoir que nous le touchons.

Incroyablement abstrait au détour d’une lecture utilitariste et cérébrale, c’est à expérimenter, à respirer.

Il faut mettre le doigt dessus pour savoir qu’on le touche.

Franck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s