Vanité du Googlenaute

Le matérialisme qualifie la société dans laquelle nous habitons ainsi que l’ensemble des perspectives que l’on nous propose. Google et le futur que l’on nous promet, les développements auxquels nous devons nous préparer–et qui adviendront même si nous ne nous y préparons pas– sont matérialistes.

Bien évidemment, ce terme est l’étiquette qui qualifie le culte du matériel, des choses, des objets, mais c’est aussi–et c’est ce qui est plus intéressant– un équivalent volontairement plat -à l’uni-dimensionnalité, au royaume du concret.

Les technologies à venir, celles faisant appel à l’intelligence artificielle sculptent et re-sculptent ad infinitum nos croûtes physiques. Elles n’agissent qu’au niveau matériel.
Même de la sphère psychique, pour ce qui attrait aux nombreuses implications psychologiques des technologies qui affleurent déjà dans nos sociétés, elles n’ont qu’une appréhension matérielle.

C’est en cela que les changements profonds que l’on nous annonce, qui à bien des égards peuvent s’avérer effrayants, ne le sont finalement pas tant que ça. Car notre nature profonde reste inatteignable à leurs mécanismes digitaux.

Qu’ils amassent les données par milliards de milliards, et qu’ils remplacent tous nos membres et nos organes, qu’ils accélèrent nos fonctions cognitives et optimisent tous les processus dignes de les ériger au rang divin chez les moins dégrossis de leurs fidèles…
Ils auront sur nos vies le même impact que les réseaux sociaux ont sur nos relations.

Fondamentalement, ils ne changent pas vraiment les paradigmes de ces interactions. L’altération n’est pas qualitative mais quantitative…La bêtise n’est pas plus bête, l’ignorance n’est pas plus ignorante, mais les échos de cette bêtise et de cette ignorance sont décuplés. Les tendances sont soulignées, et l’impact de ces travers est démultiplié.

La vie « éternelle » de Google ne peut venir à bout de l’attachement puisqu’elle le stimule.
La vie « sociale » de Facebook, la vie « différente » d’Apple, ne peuvent anéantir l’ego puisqu’elles le vernissent encore et encore.
La vie  « souriante » d’Amazon, ne parviendra pas à déraciner les illusions, son but étant de les jardiner.

Tant que le feu du désir est alimenté, nous demeurons à leur portée.

Franck

…Tout est vanité
Et rien de neuf sous le soleil
Ecc 1,9.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s