Sapience

Il y a quelques années encore
Je l’aimais bien.
Nous construisions mille jeux
D’équilibre, d’adresse et de patience.

Je ne le pressais pas
Et lui me laissait faire.

Puis nos rapports joyeux changèrent
Sans prévenir.
L’obstination au fond des yeux
Maintenant il s’acharne sur moi.

Et nos ébats d’antan
Un lointain souvenir.

Je n’aime plus le temps
Mais lui persiste à me détruire.

Mais il faut que les planchers flanchent
Que s’éboulent les briques et le bois
Retrouver la joie simple de la terre et la sève.

L’obstination, alors, serait de mon coté
Et l’amitié, du sien.

Franck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s