Assis sur un Coussin de Lune

S’accrocher au diaphragme, solidement amarré
Et aux parois nasales qui connaissent le cap,
Voilà ce que je fais lorsque les remous frappent
La coque à pleine vitesse.

Portées depuis le large, les vagues
Finissent par
Cogner.

Foi dans les mots du matelot en vigie,
Il voit de l’autre coté des nuages et du vent.
Croire en l’embarcation qui ploie mais ne rompt pas,
Quand l’œil terrifiant du Cyclone Passé
Scrute, sadique, nos planches et nos cordages.

Et faire de la place pour que le vent s’exprime,
Laisser les voiles battre et la barre osciller.
Encaisser en souplesse la colère des éclairs.
Leurs éclats de ténèbres illuminent un instant
Les aspérités pourpres des voiles en lambeaux.

Eux aussi, épuisés, pourraient bien se surprendre
Du peu d’écho que trouve le tonnerre en nos cœurs.

Assis au fond de cale
Heureux dans la tempête
Caressé au visage par les rayons soyeux 
Au travers des nuages elle grésille un peu.

Franck

Articles liés…:

Une autre (?) tempête

Porté par un Rayon de Lune (la lune guide encore)

Effets Secondaires Désirables

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s