Tout Rater

Il n’est jamais trop tard pour tout rater.
Méfiez-vous de celui qui prétend réussir.

Ceci n’est pas un poème, ni une ligne de chanson punk.
Tout rater, c’est précisément cesser de chercher à réussir.
En me disposant à tout rater, je reste ouvert aux déploiements inattendus.
En cherchant à réussir, j’ai tout perdu. je suis prisonnier d’une vision du monde.

Objectif

L’omniprésence du terme « objectif » me remplit d’effroi.
Sans savoir vraiment pourquoi, depuis que je suis en mesure d’ébaucher un début de décodage du monde qui m’entoure, j’éprouve une grande suspicion à l’égard de ce terme.
Impossible en effet de trouver une annonce d’emploi sans que, d’une manière ou d’une autre, les termes qui dépeignent le profil recherché n’utilisent ce mot d’objectif.

Comme un appeau attire le dindon, comme la carotte fait trotter le mulet, les objectifs sont autant d’œillères qui amputent tristement le champ de vision de celui qui court vers ce que l’on veut qu’ il voie, et qui occulte ce que l’on souhaite qu’il occulte, tant on a besoin qu’il continue de courir.

Derrière l’objectif, l’utilitarisme.
Certains (parmi lesquels j’aime à me compter, les jours de clairvoyance) diront l’exploitation…

Professionnels, commerciaux, sportifs, mais aussi, depuis récemment, amoureux, relationnels, les objectifs ficellent : on parle désormais d’investissement social, non pas pour qualifier un investissement financier à visée sociale, mais pour renvoyer à une action accomplie auprès d’un groupe ou d’une personne dans l’espoir d’un retour sur investissement — c’est la sacro-sainte logique des réseaux (sociaux).

Ceci est bien évidemment présent depuis la nuit des temps comme moteur des relations humaines. Kant rappelait que l’autre doit toujours être une fin et jamais un moyen.
La nouveauté est la conceptualisation de cette large dérive (« investissement social ») et son acceptation, puis sa valorisation en tant qu’outil stratégique quotidien.

L’aberration totale, le comble de l’objectif est de s’appliquer aux sphères spirituelles.
Lorsque la spiritualité s’alourdit en objectifs et stratégies et endosse les vêtements du monde de l’entreprise, elle devient développement personnel.
Alors l’œillère est de dernière génération et la récupération en vue d’une optimisation de l’exploitation devient optimale.

Lean, Zero Defect, Sleek and Perfect
(Par bonheur, « l’œil était dans la tombe et regardait Caïn ».)

Il n’est jamais trop tard pour tout rater, pour ouvrir la porte que Deshimaru et les Patriarches du Zen avant lui nomment « Mushotoku » : le non-esprit de profit.

Finalement, celui qui prétend, à tort ou à raison avoir tout réussi, est celui qui n’a pas eu de chance dans l’histoire.
Il n’a pas eu la chance de tout rater. Il n’a pu percevoir les puits de maturité spirituelle qui se cachent en dessous des échecs.
Il a échoué à échouer.
Par mégarde, il a été confirmé dans sa vision stratégique de la réussite.

Il n’a pu opérer le recalibrage de l’idée de réussite.
Il n’est absolument pas question de tordre les mots de la réussite pour les faire entrer dans des frustrations personnelles. Je pourrais aisément ajouter mon ricochet au lancer des marginaux de tout poils en proposant — assez inutilement d’ailleurs, tant cela va de soi — de reconsidérer le concept de réussite sous un angle qualitatif plutôt que quantitatif.
Réussir, vraiment, c’est réussir à observer l’inutilité de chercher à réussir.

Cela ne signifie pas qu’il serait vain de chercher à réussir pour réussir. Non, généralement, la dialectique efforts-résultat fonctionne de manière assez fiable.

En amont de la réussite,
il y a la recherche de la réussite.
En amont de la recherche de la réussite,
il y a la recherche de quelque chose d’extérieur.
C’est à dire la fuite ou la non-perception par ignorance,
de la réalité intérieure.

Par ces mécanismes infernaux, je peux passer ma vie (au moins) à chercher à réussir, même si j’ai su opérer un recalibrage de la réussite autour d’un pôle qualitatif (vie de famille, temps libre, activités associatives….), je demeure toujours dans la quête de l’à-venir.

Que ton règne vienne

Le royaume, lui, vient en continu.
Il n’a de cesse de continuer de venir.

Et moi, qui cherche à réussir, à me prouver que réussir n’est pas vraiment réussir….je ne suis pas pour l’accueillir.
Le Royaume peut venir pendant des milliers d’années, cela ne change rien.

Tant que je n’ai pas tout rater,
Je continue d’essayer de réussir,
et je ne peux être libre.

Tant que je ne suis pas libre,
Le monde se joue de moi.

 

Alors il n’est jamais trop tard pour tout rater.
Pour cesser d’advenir et laisser advenir,
Contempler les attentes du monde et de nous-mêmes
Couler le long des corps et quitter les esprits.

Franck

 

Articles liés :
– Deux Ecuries, un seul Discours
V: Après la Virgule, la Souffrance
Le ticket de caisse sur le front
Le Travail doit rendre Libre. Et la Marmotte…

10 commentaires

    1. merci pour ce commentaire. Oui, l’échec de nos illusions: c’est joliment dit.
      Si l’échec est celui de nos illusions, il n’y a pas d’échec.
      A bientôt
      Franck

      J'aime

  1. Clap clap clap ! Quand j’ai dis, dans mon travail, que je n’avais pas besoin d’objectifs pour faire ce que j’ai à faire, personne de m’a cru. Ils et elles n’y croient toujours pas. Et pourtant, ils et elles ont l’évidence devant les yeux. « Mais c’est Gilles, autre chose … » Merci, Franck !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Gilles pour votre commentaire.
      C’est vrai que cette obsession de l’objectif est infantilisante. Il paraît que les réseaux sociaux sont construits autour du « circuit de la récompense »…sûrement parce qu’ils sont utilisés par de grand enfants en quête de reconnaissance/ d’existence dans le regard de l’autre (qui pourtant se regarde lui même)..
      Tous les secteurs d’activité se mettent à cette logique de dressage de chien…(« donne la papatte/ bon chien / tiens, un sucre.
      Quel est votre secteur d’activité ?

      Aimé par 1 personne

      1. oui, à ne pas tuer le père, forcément, on plafonne.
        Et quand le plafond est déjà bas….

        Très intéressant, ce lien.
        (là, c’est moi qui plafonne)
        Bonne journée à vous également.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s