Souviens-toi

Je ne remets toujours pas de cette source d’étonnement quotidien :

La pratique se cache toujours sous la croûte de l’expérience en tourbillon.

C’est la feuille prise dans un courant d’air puissant qui la ballotte en tout sens.
Elle se retrouve soudain projetée au dehors de ce courant d’inconscience et flotte alors paisiblement vers le sol.
Quelques centimètres à peine, quelques secondes seulement, séparent ces deux états.

Ce qui a le pouvoir de pousser en dehors de ce courant d’inconscience, vers l’expérience du calme habité, du calme qui attend, c’est le rappel…

Il peut être extérieur et prend alors la forme des clochettes de pleine conscience de Thich Nhat Hanh, des bruits environnants tels que ceux de la nature, d’éléments visuels, comme des oiseaux qui traversent le ciel ou un coucher de soleil, un paysage, le reflet de l’eau. Il peut également s’agir, comme dans le cas de ce disciple zen qui connut l’éveil,du son inattendu d’un caillou contre un bambou.

Le rappel peut être intermédiaire, à la fois extérieur et intérieur. C’est le cas de la respiration, phénomène interne, et ancré dans le monde alentour avec lequel elle échange. Aussi, les informations que les sens collectent (extérieur) se font de façon intériorisée (toucher intérieur de l’air dans les narines, audition intérieure des doux frottements tout au long de son passage, vue intérieure, par les visualisations associées.

Le rappel peut enfin être intérieur. Il s’agit alors de l’ensemble des graines à retardement, plantées par les heures de pratique ancienne, dans cette vie ou dans une autre.
Comme une fusée tirée depuis un espace-temps éloigné traversant la nuit obscure et agitée vient éclore au milieu du ciel de l’instant, d’une manière apparemment inattendue.
Les chemins de ce rappel demeurent mystérieux. Ils empruntent la voie de l’esprit d’éveil (bodhicitta). C’est en cela que la fusée est tirée chez tous les êtres sans exception et qu’il est délicat de s’essayer à prévoir une éclosion probable selon tel ou tel critère (environnement, comportement…).
Le rappel est alors une mémoire enfouie qui s’actualise. Elle emprunte les couloirs non linéaires du monde en dessous.
 
C’est une disposition joyeuse que de se laisser surprendre,
C’est un émerveillement sans fin que de savoir que l’éclosion est possible à chaque instant.

Franck Joseph


©FJ

L’ensemble des recueils est disponible sur Amazon et TheBookEdition en version e-book ET papier : Détails ICI

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s