Un Ami parmi des Milliers

S’il n’y avait que le vent sans les feuilles du saule
Jamais je ne pourrais apprécier la caresse
De leur bruissement contre mes tympans.

Le temps du vent qui souffle
le temps des feuilles vertes
le temps du saule pleureur

Cela est possible

S’il n’y avait personne pour entendre les douces feuilles
le vent soufflerait bien tristement dans les branches du saule

J’écoute le vent
Et je souris aux danses ondulées
des branchages soyeux

Sur mon chemin l’ami de bois, de feuilles et de sève
Sur son chemin l’ami en os, de tissus et de sang

L’un et l’autre en tranquilles tourbillons
se connaissent, éphémères et profonds

Le temps d’exister
le temps de ne plus exister
le temps du temps,

Cela est possible

Franck Joseph

©FJ Mar 2018

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s