La Relation au Flux

Regarder la télévision est une maltraitance du psychisme.

Assis, les yeux ouverts, il est contraint d’ingurgiter et de traiter le flux d’images et de sons. Il voit exploser en tous sens les feux d’artifices émotionnels que ces associations engendrent.
Le plaisir que l’on croit en retirer est une illusion résultant de l’habitude d’ignorance.
Rompre l’habitude est alors ouvrir une brèche au travers de laquelle peut s’insinuer la conscience.

Éteignez, respirez.
Attendez. Encore un peu. Écoutez les résonances lointaines des images récentes.
Sentez leur amertume tournoyer puis s’enfuir. Respirez…
Allumez de nouveau.

Confronté à nouveau au gavage d’informations et d’émotions, le récepteur pourra peut être en ressentir tout la violence et le non-respect vis à vis de lui même, inhérent à cette confrontation à l’écran.
Il reconsidérera sa relation au flux et saura orienter celui-ci à la lumière de cette recherche de plus grande compassion à l’égard du psychisme ainsi bousculé, malmené depuis tant d’années.

En proie au bourrage télévisuel, l’homme est dans une disposition propice à accroître le bourrage. Plus, plus vite.
L’inconscience, nous l’avons évoqué en d’autres endroits dans ces pages, appelle l’inconscience.
Ainsi, manger devant l’écran est une démarche identique de remplissage et de manque de respect pour les rythmes naturels des fonctions psychologiques.

L’inconscience en tâche d’huile se répand du psychique au physique et oriente le récepteur vers des réactions potentiellement violentes à destination de quiconque sollicitera son attention alors qu’il est sujet à ce double gavage.
La tendance au conflit s’accroît autour des écrans allumés.
La tension sous-jacente qui est la source de ce comportement goulu, cherche à s’apaiser par celui-ci.
Il n’en est en fait rien. L’occultation est totale et, de la même manière qu’une voiture lancée à toute vitesse ne s’arrête pas à partir du moment où l’on ferme les yeux, ce n’est pas en multipliant les tuyaux de gavage, même s’ils sont numériques, à paillettes et pleins de promesses, que l’on parviendra à apprécier un palier de sobriété, d’où l’on observera le monde avec sagesse.

Franck Joseph


©F.J oct 2018

Lien vers les Recueils en version papier :  RECUEILS

2 commentaires

  1. Il y a pas mal de temps déjà qu’autour de moi, la majorité a supprimé la télévision dans le salon. Mais chacun est sur son écran de portable. Évidemment on pourrait arguer que sur son smartphone, on choisit les pages FB que l’on a envie de voir, on paramètre le fil d’actualité, on regarde les vidéos sur des questions qui nous intéressent. Mais qui peut se vanter de ne jamais cliquer vers des sites ou des pages juste parce que FB ou Google nous les a mis sous le nez…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Corinne,
      merci pour ce commentaire.
      Oui, il semble que la dynamique a l’œuvre dans notre rapport à la télévision s’exprime au travers de nouveaux supports.
      Comme vous le soulignez, ces derniers sous des abords de liberté sont peut être encore plus aliénants que la traditionnelle TV.
      Peut-on voir la tension, même ténue, qui nous anime, alors que nous tournons en rond sur les réseaux….?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s