Un Écrin de Silence

De la vacuité découlent 2 choses:

-L’unicité/ la non différenciation ontologique –>Absence d’existence propre des phénomènes –> absence d’objet pour le désir –>un désir qui tend à l’extinction

-L’imbrication des phénomènes car pas de blocs permanents –> interdépendance –> compassion


La négation de l’atman est souvent prônée par les pratiquants bouddhistes comme l’alpha et l’oméga de leur set de « croyances ».
Remettre cela en question d’une manière ou d’une autre équivaut en terme de vigueur des réaction opposées  à nier devant des chrétiens la mort et la résurrection physique du Christ.
En niant cela, à leurs yeux, nous ne sommes plus chrétiens.
En remettant l’anatman en perspective, nous ne pourrions plus nous appeler bouddhistes?

Il est surprenant (et très drôle, aussi) que la non identité soi elle-même source d’identification profonde.

Faisons le pari que Shakyamuni aurait bien ri d’un tel écueil.

Le bouddha, himself, mettait en garde contre l’attachement aux croyances.
La ténacité avec laquelle l’absence de soi est défendue relève parfois de l’attachement forcené. A peine la remise en question est elle abordée, que les griffes sortent à la vue d’un éventuel effondrement du système auquel ils ont fini par s’attacher, quand bien même le non- attachement est au cœur de leur système.

La vacuité est l’espace permettant la libre circulation des phénomènes non-monolithiques, ils se moulent et se démoulent, de mêlent et se démêlent, dansent et disparaissent, se fondent, sans importance aucune, tant la vacuité qui les entoure est large et grande.
L’atman du Vedanta permet également cette danse des phénomènes dépourvus d’atman.
En quoi est elle différente de Shunyata, la vacuité ?
Il y a bien deux domaines différents ici.

D’une part celui des phénomènes visibles, quotidiens, manifestés dépourvus d’atman,
et d’autre part une vacuité matricielle, qui n’est pas vraiment différente des attributs que nous venons d’énoncer, mais qui, clairement, se situe sur un autre plan, de la même manière qu’il est vrai de dire que la paille trempe dans le verre d’eau d’un coté et que d’un autre elle touche le reste de l’univers, dans lequel le verre d’eau est, de toute façon inclus.

L’anatman bouddhiste reflète les (non) attributs des phénomènes manifestés.
Ce n’est pas pour cela que la deuxième partie est officiellement niée. De fait, elle n’est pas mentionnée…
Le bouddha, interrogé sur ces questions refusait d’y répondre.
Plutôt, il y répondait par le silence qui renvoie celui qui questionne à la pratique et à l’expérience personnelle.
Sagesse que d’accepter de ne pas mettre en mots ce qui ne relève pas des mots…
Perte de temps que d’essayer de le faire.

Le bouddha traite verbalement ce qui peut l’être : la question de l’impermanence, de l’absence de soi propre aux phénomènes et laisse le reste drapé d’un écrin de silence.

L’extrémisme, la limitation des perspectives et l’absence de pratique personnelle réelle conduisent à une extension ad absurdum des qualificatifs propres aux phénomènes.

Ainsi, les effarouchés de l’atman profond créent-ils un petit système confortable et se repaissent du semblant de décalage froid et de la fausse sagesse distante que de telles croyances leur donnent aux yeux des passants.

Franck Joseph
©F.J sept 2018

Lien vers les Recueils en version papier :  RECUEILS

Article en lien Imperceptible Chuchotement

2 commentaires

  1. Bonjour Franck,

    Le refus catégorique de l’anatman me pose un problème en effet parce qu’on ne peut avoir de certitudes. Je ressens le même questionnement concernant la manière dont le karma se manifeste d’ailleurs.
    Ne pas y répondre est aussi accepter l’inconnu, ne pas se figer sur une doctrine et avoir confiance en la pratique.

    En ce qui concerne l’absence de soi, je crois qu’il faudrait effectivement préciser en dehors de tout phénomène, parce que sinon il semble que le bouddhisme soit vu comme nihiliste.

    Merci Franck pour ce texte.
    Certaines de tes poésies me touchent particulièrement, mais j’ai apprécié ce texte explicatif.

    Belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Oups ! désolée, je m’aperçois que je vous ai tutoyé. si vous pouviez corriger le « tes » poésies par « vos » poésies. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s