Déposer la Voie

Plutôt que de prendre un chemin, geste accapareur, de propriétaire terrien, il est beaucoup plus délicat de l’emprunter.
Il est utile à un moment, dans un contexte d’évolution particulier. Ensuite, telle la barque sur laquelle nous avons traversé la rivière, il convient de la rendre.


Après avoir emprunté la voie, Julie se questionnait :

Faudra-t-il la rendre un jour ?

En effet, cela pourrait servir à d’autres, on ne sait jamais…
Aux abords de celle-ci, il y a une gourmandise qui espère ne jamais connaître de satiété.
Pourtant, on emprunte uniquement les objets disponibles.
Ce premier jour, où elle a lu le livre posé sur un banc, c’est bien que quelqu’un l’avait oublié.
Aujourd’hui, alors qu’elle parle et qu’on l’écoute, pourquoi n’a-t-elle pas à son tour feint d’oublier ce livre sur un banc ?

Il n’est pas aisé de rendre le chemin que l’on a emprunté.
Somme toute, il s’agit de la même démarche que celle qui consiste à rendre l’âme.
Dans le même esprit que celui de la barque, l’idéal étant de la remettre lorsqu’elle a cessé de nous être utile, quand nous avons cessé de nous identifier à cette écorce.

Emprunter la voie, puis la rendre après l’avoir parcourue,
s’y étant identifié et avoir perçu l’autre berge,
Alors, aux pieds du ruisseau, déposer la voie.

Franck Joseph


©FJ sept 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s