Cyrano des Bergeries (badinerie)

Vous me tancez ? J’en suis fort aise…

En pourfendeur de l’ineptie
Voilà soudain que vous posez !
Faut-il alors que vous pensiez
Que l’on ait grand besoin de vous

Pour agiter ainsi le pouce et les esprits ?

Car c’est là le souci :
L’endroit depuis lequel
Vous dégainez l’épée,
Transpercez l’ennemi.

Mais que cherchez-vous donc ?
A galvaniser l’âne, le coq et le mulet
Qui vous servent d’audience
Dans ce congrès fermier ?

Est-ce bien pour leurs poils,
Leurs plumes et leurs puces,
Que vous bombez l’échine
Et récitez ainsi

Les tirades de Cyrano des Bergeries ?

Questionnez encore le silence nocturne :
Quel est le nez trop long que je viens vous gratter ?
Et quels sont les Gascons qu’il vous faut haranguer ?
Quel est donc le combat qui titille l’épée ?

Et, puisque vous cherchez à partir en mission,
Posez-vous derechef, sur un zafu tout proche,
Remontez le trajet des flèches que décochent
Vos bruyantes pensées, vos mots et vos actions.

Franck Joseph

 



©FJ Nov 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s