De quoi rester coi

76Vd0Nj

 

« Comme il faut avoir été absent
Pour connaître l’indicible bonheur
D’être simplement là… »



Lorsque le bouddha souffle
la fulgurance est telle

Que l’œil austère et fixe
où les lignes sillonnent,


Que l’oreille aiguisée
par les voix empruntées


À plus suivi que soi,
à plus sombre corbeau,


Ne sauraient rester cois

Reste coi.
Reste quoi ?

Lorsque le dharma cogne
dans le coin de l’instant

Reste le cœur en deux
ouvert aux quatre vents

Franck Joseph

©FJ Jan 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s