Au Travers de la Bulle

Quelle que soit la forme que prenne ce constat, il est fondamental de remarquer qu’il s’agit bien d’une constante :
Les acteurs de ce monde sont toujours définis par leur degré d’enfermement.
(Au dessous d’un certain seuil d’enfermement il sera plus adapté de parler de degré de libération).
Celui ci correspond au taux d’opacité de la bulle qu’ils habitent, déterminé par le pouvoir de captivation qu’exercent les murs d’écrans réfléchissant leurs perspectives.

Faut-il s’être épuisé à tenter de se dire,
faut-il avoir voilé mille fois son cœur,
faut-il avoir acidifié ses entrailles à chercher en vain…

…. Et voir enfin le fond du puits…

Pour décider d’aller s’abreuver ailleurs,
Là où l’on cesse de replonger dans les urgences à se dire.

Faut-il avoir touché du doigt le fond de la solitude,
pour voir enfin le sable s’écarter…

Franck Joseph


©F.J oct 2018

Lien vers les Recueils en version papier : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s