L’ i.Monde

Il peut s’agir d’une expérience assez déroutante, lorsque l’on ouvre les yeux sur un monde où, le plus immédiat et le plus instinctif des bons sens demande à être étayé au même titre que n’importe lequel des points de vues les plus farfelues de cette immonde soupe relativiste.
Ne pas clamer que tout se vaut devient alors suicide social.

L’univers que l’on dessine pour nous, sur les papiers glacés, les posters et les écrans et dans lequel nous nous complaisons, offre à voir le refus simple de reconnaître la plus stricte, la plus évidente des aberrations comme aberration. Quiconque serait animé par ce sain réflexe cognitif se verrait est discrédité sans vergogne, taxé d’infamie discriminatoire.

A la mémoire, me revient ce terme qu’un autrefois éminent et désormais quelconque ou décédé professeur de littérature anglaise aimait à brandir pour qualifier les univers inversés : « a topsy-turvy world »

Un monde où l’iPhone, l’iCloud, l’iWatch déroulent les étagères infinies où nous piochons les composants de nos avatars.
Un monde agressif et niais. Un iMonde.

La question qui subsiste pourrait prendre la forme suivante :
Pourquoi tant d’acharnement de la part des médias ? Quel est grand maître du pouvoir de nivellement ? Qui rédige ces vérités alternatives ? Quel est le sens de cette obstination stakhanoviste à déployer un flux frénétique et protéiforme d’inversement standardisé ?
Quel intérêt ? Tout cela, pour servir qui ?
L’érection de l’ultra accessoire en incontournable essentiel sert forcément les intérêts de quelqu’un…

Perdre les hommes dans l’accessoire, dans le futile identitaire, c’est s’assurer de leur maintien dans un état de dépendance psychique. L’individu y tournoie de crispation en crispation.
Cela garantit la pérennité des systèmes de biberonnage.
Cet allaitement des esprits n’a d’autre fin que celle d’étouffer les consciences et de freiner le sevrage des âmes.

…A moins qu’il ne s’agisse pas d’un système machiavélique et que, si l’intérêt de certains se trouve satisfait, c’est de manière fortuite.

Cet iMonde serait alors la forme débridée prise par une matière-monde dépourvue de conscience.

Franck Joseph



©FJ Nov 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s