Laisse Tomber le Noir

Et lorsque sur le trajet de tes yeux
tu vois à la fois la barre verticale de ta cellule 
puis, plus loin et floutée, celle d’un codétenu,
que tes mains les agrippent et contrastent le froid du métal
comme les mains de l’ami de l’autre côté du couloir,
Que ces mains, ces barreaux, ces espaces rétrécis
à l’unisson se font écho
à travers la prison, au travers des prisons
du monde et de l’histoire
Cela suffit-il à tes yeux ?

Déshabille toi
marche au dehors
laisse tomber le noir

Et les manières empruntées
ne les laisse pas t’emprisonner
ne te laisse pas, toi le grand, toi la vie,
emprisonner dans la communauté des captifs.

 

Franck Joseph


©FJ March 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s