« Ô Capitaine, mon Capitaine…. »

Ce que j’aime dans la vie, c’est naviguer sur ma barque avec quelques amis qui sentent le vent marin doucement remonter leurs narines, alors que le clapotis des vagues chevauchées tape lentement la coque de bois.

Il arrive que nous croisions un de ces gros paquebots polluants et bruyants, le long de notre cheminement.
Le remous qu’il engendre risque à chaque fois de renverser notre barque de fortune. Les passagers vont tous ensemble dans la même direction. Vêtus de sombre, l’un derrière l’autre, ils se préparent à intégrer l’équipe de commande.
Quand vient le soir, à la table du capitaine, ils font les beaux, ils cherchent à briller pour obtenir une visite en cabine et approcher l’ivresse de la main posée sur la barre du gros navire.

Seule l’écoute des vents qui œuvrent en notre faveur nous préserve de la collision ou du chavirement.
Puissions-nous les laisser souffler depuis la nuit des temps et pour les siècles des siècles.

 

Franck Joseph

©FJ Mar 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s