Evasement

Et celui que je sens, est-ce celui qui accueille tous les autres ?
celui duquel ils éclosent et vers qui ils retombent ?

Quelle que soit la vigueur, la pugnacité, ou la couleur émotionnelle de ces caractères successifs, il n’en est absolument pas affecté et les regarde comme un brouhaha de surface.
Il se soustrait aussi à ma vue dès que le pépiement s’intensifie et s’étend sur le spectre.
‘Il disparaît de ma vue’ : quel est alors celui qui voit celui qui disparaît ?
Quel est celui dont la conscience sait goûter les manifestations des surfaces successives ?

Une profondeur à la profondeur, un champ plus large que le large champ.
ni autre ni similaire, un évasement des fondations dans l’infini du temps et de l’espace,
d’où la myriade d’êtres jaillit et disparaît.

Franck Joseph


©FJ March 2019

Photo ©FJ March 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s